• <spacer width="1" height="15" type="block">
    Le Musette

    Tout a commencé au XIXe siècle par les bals auvergnats de Paris, animés par des joueurs de cabrettes (famille des cornemuses), aussi appelées musette, d'où l'appellation de "bal à la musette". Mais l'accordéon n'y a pas encore droit de cité, bien au contraire. Ces bals auvergnats s'installent dans les arrières-salles des "cafés-charbon".

    Au début du XXe siècle, l'accordéon supplante la cabrette et s'installe dans les bals musette ! La valse remplace la bourrée, et les célèbres cabrettaires (BOUSCATEL, Léon CHANAL), laissent la place à une nouvelle génération de vedettes, les accordéonistes Emile VACHER, Michel et Louis PEGURI...

    Les années 1920 à 1950 furent une période faste pour le musette : Paris comptent plus de 300 bals, auxquels il faut ajouter les dancing, les guinguettes et les bals parquets de banlieue et de province. Plusieurs styles émergent : le swing musette représenté par Gus VISEUR, Tony MURENA et Jo PRIVAT, les orchestres musette avec chanteuse, dont Jane CHACUN (puis plus tard Georgette PLANA) sera la plus belle ambassadrice ; et toutes les influences exotiques qui favoriseront l'émergence de nouvelles danses : tango, paso-doble, rumba.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique